Mes dernières chroniques

jeudi 11 décembre 2014

Peine perdue écrit par Olivier Adam

Auteur: Olivier Adam
Genre: Contemporain
Nombre de pages: 414
Date de sortie: 20/08/2014
Prix support papier: 21€50
Prix format numérique: 14€99
ISBN: 978-2081314214
Editions: Flammarion

Acheter Peine Perdue en version papier
Acheter Peine perdue en version numérique

Synopsis:
Peine perdue Les touristes ont déserté les lieux, la ville est calme, les plages à l'abandon. Pourtant, en quelques jours, deux événements vont secouer cette station balnéaire de la Côte d'Azur : la sauvage agression d'Antoine, jeune homme instable et gloire locale du football amateur, qu'on a laissé pour mort devant l'hôpital, et une tempête inattendue qui ravage le littoral, provoquant une étrange série de noyades et de disparitions. Familles des victimes, personnel hospitalier, retraités en villégiature, barmaids, saisonniers, petits mafieux, ils sont vingt-deux personnages à se succéder dans une ronde étourdissante. Vingt-deux hommes et femmes aux prises avec leur propre histoire, emportés par les drames qui agitent la côte.

Mon avis:
Je remercie Olivier Moss et le site Price Minister pour la découverte de ce roman dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire 2014

Informations:
Ce roman contient 23 chapitres

Mes ressentis:
Je découvre pour la première fois la plume d'Olivier Adam. C'est un auteur qui m'interpelle depuis la rentrée littéraire, je l'ai vu dans diverses émissions de télévision comme "La grande librairie" ou "Dans quelle éta-gère", c'est un homme qui a du charisme et qui est très intéressant. Du coup, j'avais hâte de le lire et de découvrir l'un de ses textes. Je m'attendais à quelque chose de grandiose, quelque chose de marquant, peut-être un coup de cœur, qui sait ? ...
Je n'ai pas grand-chose à redire sur la qualité des écrits d'Olivier Adam qui est à la hauteur de mes espérances. Effectivement, sa plume est belle, agréable et qualitative et c'est un véritable plaisir pour le lecteur de le lire.
Mais, car oui, il y a un mais, si j'ai été séduite par la forme de ce roman, j'ai eu un petit peu plus de mal avec le fond. L'histoire ne m'a pas embarquée et cela pour plusieurs raisons :
Tout d'abord, j'ai trouvé ce texte très pessimisme, j'en suis ressortie vidée et le moral dans les chaussettes. Est-ce que j'avais envie de ça à ce moment-là ? Clairement, non. J’enchaîne les lectures médiocres depuis plusieurs semaines et j'avais envie d'un coup de cœur, d'un livre qui me fasse voyager, d'une histoire qui m'apporte une grande bouffée d'oxygène, d'une vraie belle découverte ... et au final, je n'ai pas du tout trouvé cela dans Peine perdue. Un souci de timing a certainement noirci mes ressentis. C'est dommage, mais je me suis fait une promesse, je n'hésiterai pas à relire ce livre dans d'autres circonstances.
Il y a aussi, un autre point que je n'ai pas aimé :
La multitude de personnages. Il y a beaucoup trop de protagonistes à mes yeux et je n'aime pas ça, ça me déstabilise. Chaque chapitre est consacré à un personnage, du coup, mis à part Antoine qui est au cœur de l'histoire, on a du mal à s'attacher aux autres protagonistes.
Je vais finir sur une note positive:
 J'ai quand même apprécié ce livre qui change de mes lectures habituelles, même s'il est très particulier, il faut le dire. Ce qui m'a le plus marqué, c'est son côté réaliste.
Comme vous le voyez, même si peine perdue est un roman particulier qui ne m'a pas convaincue à cent pour cent, j'ai tout de même trouvé suffisamment de point positif pour m'intriguer et me plaire au point de me relancer une prochaine fois dans un autre roman d'Olivier Adam ou dans une relecture de Peine perdue. 

Pour conclure:
Olivier Adam nous offre un roman beau, bien écrit, mais pas très optimiste. Je ressors de ma lecture abasourdie et vidée.  Néanmoins, je pense que je relirais ce roman, un peu plus tard, ou un autre livre d'Olivier Adam, car je ne veux pas rester sur cette impression mitigée.  Je pense que le plus difficile est de se faire au contenu que l'auteur nous propose et non à son style.
À lire, car c'est un bon livre, mais soyez prévenus, ce roman n'est pas fait pour remonter le moral ni pour déclencher un coup de cœur, lisez-le au bon moment pour l'apprécier à sa juste valeur.
Angélique

Extrait:
Serge le voit trépigner et se manger la peau des doigts comme s'il était en manque. Il le regarde s'agiter et repense au gamin que c'était, au frère qu'il était pour Antoine, deux gosses jouant au foot jusqu'à ce que la nuit tombe, dans la rue devant la maison sur la plage, deux gosses toujours en nage et couverts de poussière, de bleus, les genoux écorchés et le nez sale. Deux gosses affairés dans leur chambre à monter des trucs extravagants avec leurs Lego. Deux gosses intrépides sautant toujours de plus hauts rochers, disparaissant sous l'eau en apnées interminables, passant leur temps à s'enfouir la tête sous la flotte, à se rouler dans le sable en faisant mine de se battre. Deux gosses toujours fourrés dans les collines, le maquis, menant une vie sauvage dont personne ne savait grand-chose. Une vie de plantes et de terre craquelée, de ruisseaux asséchés et d'animaux décampant parmi les arbustes, une vie griffée de ronces, d'écorces, de branches où se tenir et regarder autour de soi, l'infini du massif, pics, vallées et canyons, s'arrêtant net en surplomb des eaux turquoise. L'orange des roches, le vert des arbres et le bleu du ciel. Rien d'autre. Pas la moindre trace de civilisation. Juste les grognements d'animaux invisibles. Deux gosses mal armés pour passer à la suite, qui n'ont jamais su quoi faire de toute cette énergie et de cette vie confuse et sauvage qui battait en eux, et que l'âge adulte n'en finirait plus de vouloir contraindre, raboter, apprivoiser. Solange disait toujours que ces deux-là ne pourraient jamais travailler dans un bureau. Qu'il leur faudrait vivre au milieu des arbres, les pieds dans la terre. Qu'est-ce qu'ils foutent maintenant dans leurs garages, leurs boîtes de nuit, leurs campings, leurs entrepôts, leurs supermarchés, leurs hôpitaux, leurs hôtels, tous ces gamins, Marion Antoine Sarah Louise Jeff et les autres ? Qu'est-ce qui a bien pu les mener là ? Dans cette vie trop petite pour eux. Malgré la mer qui s'étendait partout. Malgré les massifs qui les encerclaient de toutes parts. Des espadons dans une baignoire. Comme dit la chanson.
(P139)

Présentation de Peine perdue par Olivier Adam:

Parlons de l'auteur:
Olivier Adam suit des études de gestion d'entreprises culturelles puis, après un "trou noir" de quelques années où il commence à écrire, il participe en 1999 à la création du festival littéraire "Les correspondances de Manosque".
En 2000, Olivier Adam publie aux éditions du Dilettante son premier roman, "Je vais bien ne t'en fais pas".
Il signe ensuite avec les éditions de l'Olivier où il publie "A l'Ouest "(2001), "Poids léger" (2002), "Passer l'hiver" (recueil de nouvelles, Prix Goncourt de la Nouvelle 2004 et Prix des Éditeurs 2004), "Falaises" (2005, sélectionné dans 13 prix littéraires sans obtenir aucune récompense) et "À l'abri de rien" (2007, Prix du Premier prix 2007 et favori du Prix Goncourt 2007). Entre-temps, en 2003, il devient directeur de collection aux éditions du Rouergue.
Parallèlement, Olivier Adam écrit aussi plusieurs ouvrages pour la jeunesse, publiés pour la plupart à l'École des Loisirs: "On ira voir la mer" (2002), "La Messe Anniversaire" (2003), "Sous la pluie" (2004), "Douanes" (2004, éditions Page à page) "Comme les doigts de la main" (2005) et "Le jour où j'ai cassé le château de Chambord" (2005). Il publie par ailleurs régulièrement des textes courts dans les revues littéraires et anime des ateliers d'écriture en milieu scolaire.
Des histoires plein la tête, Olivier Adam sort coup sur coup "Des vents contraires" (2009) et "Le coeur régulier" (2010), tout en écrivant des ouvrages jeunesse, "Les Boulzoreilles", avec Euriel Dumait (2010) ou "Personne ne bouge" (2011).
"Les lisières" est sorti à la rentrée littéraire 2012, un roman où le destin d'un homme croise celui de la France.
Pour le cinéma, outre la co-scénarisation de ses romans ("Je vais bien ne t'en fais pas" adapté en 2006 par Philippe Lioret, "Poids léger" adapté en 2004 par Jean-Pierre Améris et "Sous la pluie" en cours d'adaption par Patrick Goyette), Olivier Adam a co-signé les scénarios de "L'été indien" d'Alain Raoust (2007) et de "Maman est folle" de Jean-Pierre Améris (2007, téléfilm) "Welcome" et "Des vents contraires" de Jalil Lespert.
Depuis 2005, Olivier Adam vit à Saint-Malo avec sa compagne, l'auteure de livres pour enfants Karine Reysset,où il partage son temps entre la littérature et le cinéma.
Source: Babelio

Lien indispensable:
Site des Editions Flammarion

Les avis des copin(e)s:

Logo Livraddict Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. C'est vrai que l'histoire n'est pas super joyeuse... Et, qu'avec le grand nombre de personnages, ce n'est pas très facile de s'attacher à eux. Malgré ça, c'est un livre que j'ai apprécié et il faut que je me décide sur le prochain livre de l'auteur que je vais lire ^_^

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai reçu aussi et lu, mon avis est semblable au tien :)

    RépondreSupprimer

Un petit mot de votre part fait toujours plaisir ♥

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Printfriendly

http://zupimages.net/up/17/40/cjqy.jpg
Les lectures de Lily ♥ Mon embellie littéraire ♥
Mes lectures en 2017
-Livres lus: 99
-Pages tournées: 31249
-Coups de cœur: 8
Mes lectures en 2016
-Livres lus: 168
-Pages tournées: 57532
-Coups de cœur: 10
Mes lectures en 2015
-Livres lus: 185
-Pages tournées: 61 640
-Coups de cœur : 18
*Blogueuse littéraire depuis le 1er janvier 2013
Copyright © 2013 à 2017 - Tous droits réservés à Les lectures de Lily - Blog littéraire.
Tous les textes sont la propriété de l'auteur du blog Les lectures de Lily. Toute utilisation ou reproduction est interdite. Tous les textes sont déposés chez Copyright France
http://zupimages.net/up/16/26/34eq.jpg