Dernières chroniques

12 mars 2020

Un si long silence écrit par Sarah Abitbol - Éditions Plon

Titre: Un si long silence
Auteur(e): Sarah Abitbol
Genre: Témoignage
Nombre de pages: 198
Date de sortie: 30/01/2020
Prix du livre papier: 17€00
Prix du livre numérique: 11€99
ISBN: 9782259282642 
Éditions: Plon
 



 
Violée à 15 ans par son entraîneur, la patineuse brise l’omerta.
« Vous étiez mon entraîneur. Je venais d’avoir quinze ans. Et vous m’avez violée.
Il aura fallu trente ans pour que ma colère cachée se transforme enfin en cri public. Vous avez détruit ma vie, monsieur O., pendant que vous meniez tranquillement la vôtre. Aujourd’hui, je veux balayer ma honte, la faire changer de camp. Mais je veux aussi dénoncer le monde sportif qui vous a protégé, et vous protège encore à l’heure où j’écris ces lignes. Quand j’ai voulu parler, à plusieurs reprises, je n’ai pas pu le faire. Aujourd’hui, avec ce livre, je sors de ce silence assassin. Et j’appelle toutes les victimes à en faire autant. »


Résultat de recherche d'images pour "mon avis"    
Sarah Abitbol, son nom vous dit certainement quelque chose. Peut-être, la connaissez-vous en tant que patineuse artistique, ou alors vous avez fait sa connaissance il y a quelques semaines lors de la sortie de son livre qui a fait beaucoup parler...
Dans Un si long silence, elle revient sur les années qui ont bercé son enfance et son adolescence (en grande partie) puis sur sa vie de femme, de maman et de patineuse.
Elle nous explique comment elle a découvert le patinage artistique, alors qu'elle n'était qu'une petite fille. Une sortie scolaire sur Nantes, un professeur qui la remarque, commence alors pour elle une aventure qui la passionne, la transporte, la fait vivre. En toute transparence, elle nous explique les concessions que ses parents ont fait pour elle, un bel hommage pour ces personnes qui n'ont mis aucune barrière et ont tout fait pour que la carrière de leur fille décolle.
 Elle nous transmet ses ressentis et sensations qu'elle a eus sur la glace et revient sur la façon dont ses cours se déroulaient.
Arrive enfin son évolution, ses stages et ses rencontres dans le milieu sportif.
Elle raconte ses premiers attouchements, ses premiers viols avec pudeur et honnêteté.
Son silence, ses tremblements, ses cauchemars, sa fatigue...
Pour finir, elle nous parle de sa vie de femme, de sa peur lorsqu'elle croise cet homme qui a abusé d'elle, de ses angoisses lorsqu'elle a dû briser son secret et tout raconter à ses parents, du regard des autres, du soutien de certaines personnes, de sa vie de maman et ce que ses traumatismes ont engendré, sans oublier sa vie de femme aussi. Elle se livre sans tabou, avec beaucoup de justesse, de sang-froid et de dignité.
J'ai beaucoup aimé lire son témoignage, il fait froid dans le dos, certes, mais ouvre les portes et les yeux sur un monde qui nous est inconnu. Je salue le courage de Sarah Abitbol de dire tout haut ce que tant de femmes gardent en elles.
Bravo ! 

 Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne lecture :) 

 

Les premières lignes: 
C’est un petit carnet à spirale. Sur la couverture cartonnée marron, Donald Duck sourit joyeusement en jouant de la guitare, avec ces inscriptions :          
             « Capture happiness all through the year »
             (« Saisis le bonheur tout au long de l’année »        
             « For happy kids »
             (« Pour des enfants heureux »)        
           Sur la première page à petits carreaux, j’ai écrit à l’encre bleue, d’une écriture d’enfant appliquée, pleine de jolies boucles :
           Sarah Abitbol. Footing. Année 1989-90              
              La Roche-sur-Yon.
           Cet été 1989, je suis un stage d’entraînement en Vendée, organisé par mon club de patinage. Dans ce carnet, la future championne que je suis consigne, sur une dizaine de pages, la durée de ses footings quotidiens.
         L’été suivant, j’utilise le même carnet. On peut lire :
              La Roche 90/91      
              Footing           
            Samedi 19 juillet : matin
            Aller : 11’15 (ferme)
            Retour : 11’55
            + retour games jusqu’à la patinoire.
           Cet été 1990, je n’ai rempli qu’une seule page. Le stage a pourtant bien continué, pendant huit semaines. Et les footings aussi. Mais je n’ai rien écrit. Enfin, si. Mais ailleurs.      
           À la fin du carnet, une page est pliée en deux. Dessus, en très gros, j’ai écrit « Footing La Roche ». Un faux titre, censé leurrer le lecteur éventuel. Quand on déplie la page et qu’on retourne le carnet – car, ultime protection, j’ai écrit à l’envers –, on peut lire :
            21 et 29 juillet
            P + T
            1, 2, 3 août
            S + C de 2 h 30 à 5 h
            15 août
            C
17 août
            C
            N du 16 au 17 octobre 
            C 
            18 octobre       
            C           
            N du 19 au 20 octobre
          C           
           Ce que ces lettres désignent était trop inconcevable, trop répugnant, infiniment trop honteux pour être exprimé par la petite fille que j’étais encore. Je l’avais donc mis par écrit, de façon cachée et codée. Comme une protestation aussi dérisoire que vitale.
           P pour « pelotée »
           T pour « touchée »
           S pour « sucée »
           C pour « coucher »
           Monsieur O., vous étiez mon entraîneur. Je venais d’avoir quinze ans. Et vous m’avez violée.
           Ce carnet, personne ne l’a jamais lu. Il est resté fermé pendant près de trente ans, dans un tiroir du salon. Quand j’ai décidé d’écrire ce livre, je l’ai cherché et retrouvé, enfoui sous mes trésors de l’époque, une petite trousse d’école, une calculette, un lexique d’anglais, un talkie-walkie… Il aura fallu trente ans pour que ces initiales codifiées, planquées dans un carnet à spirale, osent s’afficher dans un livre. Pour que ma colère cachée se transforme enfin en cri public. Vous avez détruit ma vie, monsieur O., pendant que vous meniez tranquillement la vôtre. Aujourd’hui, je veux balayer ma honte, la faire changer de camp. Mais je veux aussi dénoncer le monde sportif qui vous a protégé, et vous protège encore à l’heure où j’écris ces lignes. Quand j’ai voulu parler, à plusieurs reprises, je n’ai pas pu le faire. Aujourd’hui, avec ce livre, je sors de ce silence assassin. Et j’appelle toutes les victimes à en faire autant.

Quelques mots sur l'auteur(e):
Sarah ABITBOL
Sarah Abitbol a quarante-quatre ans. Dix fois championne de France de patinage artistique en couple, vice-championne d’Europe et médaillée de bronze aux championnats du monde, elle est
aujourd’hui chorégraphe et entraîneur. Elle partage sa vie entre les États-Unis et la France, avec son mari et leur fille de huit ans.

 

Related image

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Un petit mot de votre part fait toujours plaisir ♥