Chroniques coup de coeur


Affichage des articles dont le libellé est Éditions Iconoclaste. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Éditions Iconoclaste. Afficher tous les articles

22 déc. 2021

🍊 Mon mari (❤️❤️❤️❤️) Maud Ventura - Éditions Iconoclaste 🍊

Éditeur : Iconoclaste (19 août 2021)
Broché : 355 pages
ISBN-13 : 978-2378802417
Prix : Broché → 19€00 - Numérique → 13€99
Catégorie : Contemporain

Vous l'avez lu ? Notez-le :


Un premier roman drôle et féroce sur le face-à-face conjugal.

C’est une femme toujours amoureuse de son mari après quinze ans de vie commune. Ils forment un parfait couple de quadragénaires : deux enfants, une grande maison, la réussite sociale. Mais sous cet apparent bonheur conjugal, elle nourrit une passion exclusive à son égard. Cette beauté froide est le feu sous la glace. Lui semble se satisfaire d’une relation apaisée : ses baisers sont rapides, et le corps nu de sa femme ne l’émeut plus. Pour se prouver que son mari ne l’aime plus – ou pas assez – cette épouse se met à épier chacun de ses gestes comme autant de signes de désamour. Du lundi au dimanche, elle note méthodiquement ses « fautes », les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre, elle le trompe pour le tester. Face aux autres femmes qui lui semblent toujours plus belles, il lui faut être la plus soignée, la plus parfaite, la plus désirable.
On rit, on s’effraie, on se projette et l’on ne sait sur quoi va déboucher ce face-à-face conjugal tant la tension monte à chaque page. Un premier roman extrêmement original et dérangeant.

18 févr. 2021

Dernière visite à ma mère (♥♥♥♥♥ / Coup de cœur) écrit par Marie-Sabine Roger - Éditions Iconoclaste

Éditeur : Iconoclaste (4 février 2021)
Langue : Français
Broché : 133 pages
ISBN-10 : 2378801726
ISBN-13 : 978-2378801724
Dimensions : 13.8 x 1.7 x 18.6 cm
Prix : 18€00

📖 Résumé 📖
Le regard d’une romancière sur une expérience universelle : l’accompagnement d’un parent en fin de vie.

Pendant deux ans et demi, l’autrice a visité sa mère placée en Ehpad, avant qu’elle ne décède quelques semaines avant le confinement. Très vite, la vieille dame est rendue incontinente et grabataire, faute de personnel à ses côtés. Les mains n’obéissent plus, la mémoire s’évapore, la dépression s’installe. On l’infantilise, on la médicamente pour qu’elle ne crie plus sa solitude. Bientôt, elle ne sera plus que silence. Jusqu’à la fin, cependant, sa fille cherche à renouer les liens avec cette mère fantasque, insaisissable et s’interroge : peut-on se dire ce qu’on ne s’est jamais dit à la fin du jour ? Peut-on enfin oser les gestes de tendresse ? Une écriture à l’os qui donne toute sa portée au récit.